Inscriere cercetatori

Site nou !

Daca nu va puteti recupera parola (sau aveti alte probleme), scrieti-ne la pagina de contact. Situl vechi se gaseste la adresa old.ad-astra.ro

Facebook

Vieillir sainement

Domenii publicaţii > Ştiinţe medicale + Tipuri publicaţii > Articol în revistã ştiinţificã

Autori: Vasile Tudor

Editorial: 2011.

Rezumat:

L’Univers humain est troublant et inépuisable pour la recherche applicative. L’esprit humain existe seulement parce que son corps est le plus complexe système biologique connu, organisé sur des niveaux hiérarchiques avec un fonctionnement unitaire qui peut se régler lui-meme dans l’évolution asymptotique vers la perfection. Je crois dans l’opinion de Protagoras que “l’homme est la mesure de toutes les choses” a moins qu’il faut déplacer l’accent de la connotation philosophiques a celle biologique. Le procès de vieillissement, terminé avec la mort, n’est pas une fatalité mais il gagne une nouvelle signification dans le devenir de la matière vivante ou le programme pour soi-meme, de la survie des individus, est subordonné au programme pour le groupe, de la survie et du développement des espèces. Heureusement, le passage des années n’affecte pas profondément le psychique humain, parce que c’est le corps qui vieillit mais on reste efficace en sentiments et pensées. L’objectif fondamental pour la médecine préventive est celui que l’homme soit ménagé en maintenant l’état biologique entre des limites acceptables.
Je propose aux spécialistes de la médecine préventive a refléter sur les possibilités de la régénération de l’organisme par la stimulation du procès de la production des cellules stem au cours de toute la vie. Malgré leur date récente, les recherches actuelles ont mis en évidence les possibilités remarquables des cellules stem dans la régénération des tissus avec lésions, le traitement de certaines maladies et meme la vérification de certains médicaments sur des cultures de laboratoire. C’est une nouvelle opportunité de la médecine pour guérir les malades de cancer, diabète, Parkinson, redonner la mémoire aux malades de Alzheimer, mais aussi la mobilité a ceux qui ont un handicape moteur etc. A présent, certaines maladies de sang sont traitées avec des cellules stem obtenues de la moelle épinière rouge du donneur ou du cordon ombilical d’un nouveau-né compatible. En perspective, les bancs de sang, conservé par réfrigération peuvent assurer le nécessaire des cellules stem utilisées en but thérapeutique et pour la recherche. Au contraire, des cellules somatiques ordinaires qui sont spécialisées et se reproduisent par des cellules du meme type,les cellules stem (cellule souche, tige) sont pluripotentes, plus précisément en certaines conditions, elles peuvent donner naissance a n’importe quelle cellule de 220 cellules différentes existantes dans l’organisme humain pour réaliser la configuration initiale et réparer ultérieurement certaines structures biologiques. C’est pourquoi la première étape du développement embryonnaire commence avec la formation des cellules stem pluripotentes desquelles par division et cytodifférenciation apparaissent divers tissus et organes pour le futur foetus. La réserve des cellules stem se trouve dans la moelle épinière rouge mais elles peuvent se trouver aussi dans le coeur, cerveau ou poumons etc. Depuis 1980, les chercheurs ont prélevé des cellules stem embryonnaires d’une souris pour les expériences de laboratoire, et en 1998 on a obtenu pour la première fois des embryons humains des cultures de cellules stem. La production des embryons se fait par la fécondation de l’ovule par un spermatozoide ou par clonage. La fécondation de l’ovule par un spermatozoide se fait par voie naturelle (in vivo) ou en laboratoire par voie artificielle (in vitro). Dans la technique du clonage, on remplace le noyau d’un ovule extrait d’une cellule somatique en s’obtenant ainsi une copie qui porte tout le matériel génétique du donneur de noyau. Le pas suivant, c’est la stimulation chimique ou électrique pour la multiplication et la formation de l’embryon de nouvel etre.
Ce sont les Ecossais qui en procédant de la sorte ont obtenu la célèbre brebis Dolly. Un embryon de 3-5 jours, en phase de blastocites peut contenir presque 100 de cellules stem. Pour les expériences ou en but thérapeutique on extrait du blastocite, les cellules stem se cultivent dans les éprouvettes en solutions riches en nutriments .Des lignes avec des millions de cellules stem pluripotentes se développent dans ce milieu favorable. L’utilisation des embryons comme source pour les cellules stem implique de sérieux problèmes d’éthique médicale qui ont généré des controverses parmi les gens de science, les politiciens et les représentants de l’église. Selon l’opinion de certaines voix importantes de la société, sacrifier un embryon c’est un crime. Ce verdict est difficile a combattre surtout parce que la science actuelle ne peut pas préciser quand un embryon a de l’esprit. Malgré toutes les affirmations, les cellules stem représentent une provocation pour la recherche médicale et applicative a laquelle on ne peut pas renoncer facilement parce que l’homme est curieux par sa nature et la démarche cognitive a des ressorts intimes inattendus dans la détermination de la vérité.Le débat pourrait etre atténué par l’utilisation des cellules stem adultes mais celles-ci sont difficiles a extraire de l’organisme et a manipuler dans le laboratoire. Un espoir est venu de l’équipe de chercheurs conduite par le professeur de biologie Harvey Lodish qui a réussi la multiplication de 30 fois d’une cellule stem adulte en dehors de l’organisme.
Je propose aux chercheurs de la médecine préventive a refléter sur les possibilités de régénération de l’organisme par la stimulation du procès de la production des cellules stem au cours de toute la vie. Cette nouvelle possibilité de la médecine est basée sur le fait que la cellule stem est un mécanisme ingénieux de l’évolution de la matière vivante pour refaire des structures affectées par divers facteurs nocifs du milieu ambiant. Si l’organisme est enlevé des états normaux d’homéostasie, mais dans des limites supportables, les mécanismes de défense sont déclenchés, la production des cellules stem y incluse. Il semble que la médecine populaire, sur des observations empiriques transmises de génération en génération, ait correctement eu l’intuition sur l’effet bénéfique de la prise de sang, directement ou a l’aide des sangsues, pour diminuer “le mal” de l’organisme. Dans une interprétation scientifique, la diminution de la quantité du sang de l’organisme représente un signal pour la stimulation active du procès de hématopoièse, aspect inconnu par nos ancetres a cause du niveau faible des connaissances. Assurément, les donneurs de sang se réjouiront a apprendre qu’en dehors de l’apport humanitaire de leur geste, ils fortifient leur organisme dans la lutte avec les facteurs nocifs et ils peuvent espérer a une vieillesse saine. “Inconnues restent les voies du Dieu”, mais les croyants ont un argument sérieux en faveur de la récompense divine. La prise de sang est faite périodiquement par les organismes sanitaires avec l’accord du donneur mais cela peut se faire personnellement après une instruction minime dans l’école ou dans d’autres institutions éducationnelles.
La technique actuelle permet la construction d’une gamme diversifiée des moyens médicaux, depuis les plus simples dispositifs jusqu’aux appareils très compliqués pour le controle, le mesurage et le règlement des paramètres biologiques du sang, ayant une utilisation commode en régime automatique de fonctionnement. Pour exemplifier, on présente un dispositif simple pour régler certains paramètres physiques du circuit sanguin. Le dispositif prototype se compose des cylindres 1 et 2, les pistons 3,4 et 5, les tiges 6 et 7, les tubes 8,9 et 10, l’arc élastique 11 et le robinet R ou un autre élément de fermeture qui est disposé sur le tube de communication a l’extérieur. Les tiges 6 et 7 ont le role de régler la position des pistons 3 et 5 par le déplacement de ceux-ci dans les cylindres 1 et 2, et le ressort 11 qui assure une force élastique, proportionnelle a sa déformation qui s’exerce sur le piston 4 et équilibre la pression du sang. Le tube 8 se raccorde par un tube élastique a une aiguille fine de seringue, éléments qui n’ont pas été présentés dans la figure 1, pour la simplification du dessin, étant connus au niveau de la technique actuelle. Le dispositif médical présenté a de multiples utilisations, en dehors de la prise de sang, piqûres et perfusions, il peut assurer la protection contre l’hypertension, en limitant la croissance de la pression du sang dans le système circulatoire sous une valeur critique ou il existe le péril d’infarctus. Le mode de fonctionnement du dispositif de protection contre l’hypertension est relativement simple, facile a utiliser par les spécialistes en médecine mais aussi par les patients après une instruction préalable. En fonction des caractéristiques de l’hypertension on introduit –au début, a l’apparition des symptomes caractéristiques- l’aiguille de seringue dans une artère du système circulatoire, de préférence dans la main, on la fixe avec leucoplaste, ensuite on règle la position des pistons 3 et 5 par rapport des cylindres 1 et 2 a l’aide des tiges 6 et 7, de sorte que le piston 4 obture l’orifice de tube 9 pour que le volume de l’espace délimité soit minime. L’ouverture de l’orifice de communication avec le tube 9 se réalise quand l’hypertension atteint une valeur de seuil supportée par l’organisme qui ne peut pas etre dépassée parce que le sang est évacué dans le cylindre tampon 2 qui atténue les variations de pression. Après avoir stabilisé la pression du sang a une valeur incluse dans la plage de paramètres biologiques naturels, le sang peut etre réintroduit dans le système circulatoire ou il est évacué par le tube 10 dans un moyen de collectage, étant gardé en conditions optimales pour l’utiliser dans les transfusions. La diminution controlée de la quantité de sang de l’organisme stimule activement le procès d’hématopoièse par les mécanismes de réglage, ayant comme effet utile la régénération du sang, avec des conséquences favorables sur certaines affections de l’organisme, comme par exemple l’infarctus myocardique. Le dispositif de protection contre l’hypertension est prévu avec des cordes ou d’autres éléments de soutien pour pouvoir etre fixé sur divers parties de l’organisme, comme par exemple sur un oscillomètre pour mesurer la tension du sang. Il y a des variantes constructives du dispositif de protection contre l’hypertension qui diffèrent selon la forme, les dimensions, le mode de disposition et la nature des matériaux utilisés pour confectionner les parties composantes.

Cuvinte cheie: Ad Astra

URL: http://www.voxinventica.com